10 conseils pour pratiquer la parentalité positive !

Tous les parents ont le même objectif, le bien-être et l’épanouissement de leurs enfants. Pour cela chacun a sa manière de s’y prendre. On peut affirmer sans se tromper qu’il existe de nombreux styles d’éducation parmi lesquels on vous incite à choisir la parentalité positive aussi appelée éducation bienveillante.

Lors de ma certification d’accompagnante parentale avec Catherine Dumonteil-Kremer, nous l’appelions éducation créative. Éducation positive, laisse à penser qu’il y a une éducation ou des comportements négatifs. Il y a juste des éducations ou des comportements inadaptés.

La parentalité créative s’oriente vers le constructif, le zen et bien entendu le positif. Elle amène les parents à réfléchir et à opérer autrement lorsque les problèmes pointent le bout de leur nez.

Je vous donne ici 10 conseils pour pratiquer la parentalité positive. Si en tant que parents, vous souhaitez vous aussi migrer vers l’éducation bienveillante.

  • Une démarche qui commence avec les parents

La parentalité positive permet la création d’une ambiance sereine dans le cocon familial. Les parents apprennent à contrôler et exprimer leurs émotions. Avec les comportements répréhensibles des enfants et leurs demandes parfois irraisonnables, il est facile de perdre son calme et de laisser la colère prendre le pas sur la raison.

Or, il s’agit justement du réflexe à éviter dans le mode d’éducation prescrite par la parentalité positive.

Ne vous laissez pas envahir par des pulsions de « lutte ou fuite ». Faites preuve de pratique et de volonté quelle que soit la situation à gérer.

Si vous sentez que vous allez exploser, prenez du recul pour vous calmer avant d’entreprendre une quelconque action. Sortez de la pièce, crier un bon coup, tapez dans un oreiller, ou encore secouez vous les bras ballants. Libérez votre émotion à votre guise, mais pas devant votre enfant. Au fur et à mesure que vous ferez cet exercice, vous deviendrez plus conscient de vos pensées et de vos émotions ce qui mettra fin aux tensions et aux affrontements inutiles. 

Aucune action, décision ne doit être prise lors d’une forte émotion forte, car à ce moment nous ne sommes plus capable de raisonner.  

  • La connexion, un élément important de la parentalité zen

Avant d’opérer un changement dans l’éducation de vos enfants, il faut aussi entretenir le lien qui vous unit à eux. En effet, la connexion avec vos enfants constitue un élément clé de la parentalité zen et créative. Sans un minimum de complicité, tous les efforts deviennent vite vains et vous serez contraints d’avoir recours aux menaces pour avoir des résultats.

Pour renforcer cette connexion, passez du temps avec vos bambins ne serait-ce que 15mn chaque jour. Prenez le temps pour discuter et jouer avec eux et pour mettre en avant le partage de vos quotidiens respectifs.

  • L’importance de la communication et du dialogue 

Une fois que vous aurez établi une connexion de qualité avec vos enfants, vous pourrez obtenir d’eux une meilleure coopération. Vous observerez que vos discussions deviennent plus fluides et plus agréables, avec des résultats concrets et positifs à la clé.

A partir de là, vous pourrez instaurer plus de communication et de dialogue entre vous en misant aussi sur la franchise.

Dites à vos enfants quels changements vous désirez opérer et pourquoi. Faites-leur aussi comprendre en cas de dérapage que vous regrettez de leur avoir crié dessus. En faisant cela, vous leur donné l’exemple que l’on peut se tromper et qu’il est bon de s’excuser.

Faites-leur comprendre toute l’étendue de l’amour que vous avez pour eux et votre inquiétude lorsqu’ils courent un danger et ce dont vous avez besoin pour être rassurée.

compromis père et fils

 

  • La participation des enfants et leur coopération

L’éducation bienveillante ne repose pas uniquement sur les parents, les enfants ont également un rôle important à jouer afin que le système réussisse. Vos efforts de parent pour éviter les tensions et les conflits, seront récompensés par la coopération de vos enfants. Expliquez leur clairement ce que vous attendez d’eux. « Je vais changer ma façon de faire avec toi, je ne veux plus crier. Ce n’est pas toujours facile pour moi, je vais faire un travail sur moi pour moins le faire. Penses-tu pouvoir travailler là-dessus, toi aussi, et être bienveillant avec ta sœur ? »

Leur statut d’enfants fera qu’ils se dégageront souvent de leurs engagements, mais avec persévérance et grâce à votre supervision  et votre exemple cela finira par rentrer dans l’ordre.

Dans tous les cas, les rappels des règles se feront toujours dans le calme et la fermeté, sans jamais tomber dans le grabuge et les drames familiaux. Cette capacité à venir à bout des tensions de manière linéaire constitue sans doute toute la magie de la parentalité zen et créative.

  • La place du compromis

Chercher un compromis peut s’avérer être une bonne solution lorsqu’on parle de parentalité positive, car ici, parents et enfants y gagnent.

Prenons l’exemple de votre fils qui déteste que sa petite sœur joue avec certains de ses jouets qu’il considère comme précieux, la situation finissant toujours par une punition pour les deux parties.

La solution constructive consiste alors à approcher votre fils et à l’aider pour ranger ses jouets particuliers là où sa sœur ne pourra pas les prendre. Le problème se résout alors sans qu’il ait besoin de sortir les grands moyens. Parlez-lui encore une fois, clairement : Ça t’agace beaucoup, quand ta petite sœur touche à tes jouets ? Maintenant qu’ils sont dans un endroit où elle ne peut pas les atteindre, que pourrais-tu faire la prochaine fois, qu’elle les touche malgré tout au lieu de crier et de la taper ? Poser la question et laissez le réfléchir, vous vous rendrez compte que les enfants sont pleins de ressources.

  • La définition des limites

Vous l’aurez compris, la parentalité zen se base sur une certaine souplesse et consiste à voir les choses du point de vue de l’enfant.

Pour autant, il ne s’agit pas de céder à tous les caprices d’où l’importance de définir les limites que l’enfant ne doit dépasser. Ce travail se fait évidemment dans les moments de calme, lorsque l’écoute est au rendez-vous. C’est ce que l’on appelle les règles non-négociables, elles font parties d’un cadre bien précis. Celui-ci est expliqué dans les ateliers de parents et également en accompagnement individuel.

  • De la place aux émotions

Les punitions entrainent souvent que l’enfant refoule ses émotions. Ainsi, lorsque vous aurez basculé vers le style d’éducation positive, vous serez content d’apprendre que les émotions refoulées reviennent à leur place.

Lorsque vos enfants expriment leurs émotions, mais pas de la bonne manière, vous pouvez les aider à apprendre à exprimer leurs émotions. À communiquer, à rire et à pleurer et non pas à se révolter ou à s’adonner aux conflits. Ils comprendront vite que la communication et la discussion sont les clés pour être écouté et pour grandir dans la sérénité et cela dès le plus jeune âge.

Ne prenez pas personnellement les attaques perpétrées de vos enfants. Incitez-les à exprimer calmement leurs craintes réelles. La compassion, l’empathie et la tolérance permettront ici de créer de la confiance et un sentiment de sécurité qui aideront vos enfants à s’ouvrir.

La punition et la place des émotions sont également des thèmes approfondies dans l’atelier des parents et l’accompagnement individuel.

  • La réparation des dégâts

Si vous pensez que le système de punition a quand même ses mérites, je vous conseille de voir les choses comme étant un système de réparation. Si votre enfant cause des dommages, il faut en parler avec lui et essayer de voir comment il pourrait se rattraper. Cette réparation, fera partie des conséquences éducatives.

Résister à la tentation de punir systématiquement ou de forcer les excuses devient essentiel lorsqu’on adopte la parentalité positive. Le fait de vouloir réparer les torts causés doit donc être un choix pour l’enfant et non une obligation.

  • La nécessité de donner l’exemple

Forcer la main des enfants ne peut qu’attiser chez eux de grandes rancunes. L’idéal pour qu’ils apprennent à réparer les dégâts qu’ils causent se trouve dans l’exemple que vous leur donner.

A titre d’exemple, vous êtes confrontés à deux enfants bagarreurs qui n’arrêtent que lorsqu’on leur crie dessus. Vous allez hausser la voix, puis dire à quel point c’est navrant que les choses soient à ce point et qu’il est plus que temps qu’on discute du problème. Vous allez donc initier un dialogue entre les deux enfants avec vous comme modérateur.

Ainsi, vous aurez admis votre erreur tout en essayant de la réparer. Vos enfants en feront autant.

  • Accueillir les régressions

Pour conclure, il est essentiel de vous prévenir que la transition vers une parentalité zen et bienveillante n’est pas facile. Il arrivera des moments où vous perdrez votre patience et cela se comprend parfaitement. Pour réussir cette réforme, la compassion et la bienveillance envers vous-même constitueront seront essentielles.

Préparez-vous aussi mentalement et émotionnellement à faire face à des flops tout au long de ce parcours. Gardez à l’esprit qu’avec le temps et un minimum de patience, vos efforts seront récompensés. Vous vivrez moins de conflits et plus d’amour dans votre vie familiale, plus particulièrement votre relation avec vos chers enfants.

Alors, prêts pour l’aventure ? 

Patricia 

Les parents qui ont lu cet article ont également lu : “Les 3 origines principales de la peur chez l’enfant.

1 comments
2 likes
Article précédent : Les 3 origines principales de la peur chez l’enfantArticle suivant : Mes meilleurs livres pour accompagner vos enfants

Articles similaires

Commentaires

  • Antoine

    mars 18, 2019 at 11 h 47 min
    Répondre

    La culpabilité, un des fondements de notre société judeo-chretienne n'arrange pas notre communication avec nos enfants. Nous ne sommes que des êtres humains faits d'émotions. Chaque parent fait au mieux en fonction des circonstances. Merci de nous le rappeler.

Laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?
Patricia

Bienvenue sur ce Blog .
Je suis l’heureuse maman de 2 enfants qui me font grandir et évoluer chaque jour. Sur ce blog, je partage mes découvertes et mes expériences à travers les familles et couples que j’accompagne. La Parentalité Bienveillante ainsi que la Communication Non Violente ont changé le quotidien de nombreuses familles et j’espère qu’elles changeront aussi le vôtre.
Patricia.
En savoir plus

Et retrouvez moi sur ma chaine You-tube

Derniers articles
Derniers commentaires
Articles les plus likés