La place de la méditation dans le futur

Cet article fait partie d’un « carnaval d’articles ». Il s’agit d’un événement inter-blogueurs dans lequel des blogueurs issus d’univers différents traiteront d’un même sujet imposé. Pour vous, lecteurs, c’est une façon de découvrir ce thème abordé de différentes façons. Vous bénéficierez de plusieurs articles sur « thème du carnaval » avec la possibilité d’en apprendre énormément sur le sujet. Un livret réunissant tous les articles vous sera offert. Je vous propose de visiter le blog qui nous invite christophe-lorreyte.fr en cliquant ici. Je suis certaine qu’il vous plaira.

Mon domaine de prédilection étant l’enfance et l’adolescence, je souhaite aujourd’hui aborder la méditation par ce prisme. L’étymologie du mot méditation est latine : “meditare”, d’abord entendu au sens de “contempler”. Elle a évolué par la suite vers une définition plus proche de son sens actuel, traduite par “action de réfléchir profondément”. La méditation désigne une pratique mentale consistant à diriger volontairement sa pensée vers un sujet précis.

Comment fonctionne la méditation ?

Pour gérer notre vie quotidienne, nos mécanismes mentaux fonctionnent en permanence. Sans contrôle, ils ont parfois tendance à produire des pensées qui nous provoque du stress. Si nous ne les maîtrisons pas, ils peuvent tourner en boucle sur des sujets négatifs. Ce phénomène de rumination peut créer des blocages. Ne dit-on pas “broyer du noir” ? C’est là qu’intervient la méditation en obligeant notre esprit à ne pas se focaliser sur ces pensées néfastes et à reprendre en main notre esprit vagabond.

La méditation représente une halte pour notre cerveau trop productif. Par la concentration et la relaxation, nous lui intimons de se calmer et de faire une pause pour analyser paisiblement la situation. Méditer consiste à ouvrir une parenthèse de silence, en faisant taire le tumulte qui encombre nos pensées pour, à terme, nous débarrasser du stress qui nous empoisonne l’existence.

Le but n’est pas de bloquer ses pensées mais bien au contraire de les laisser s’exprimer tout en les gardant sous contrôle pour ne pas les laisser nous dépasser. La méditation a aussi une dimension spirituelle. Nombreux sont ceux qui l’utilisent dans le but de se recentrer sur eux-mêmes pour atteindre la capacité de s’ouvrir sur le monde.

La méditation et l’enfant

Elle est un véritable bienfait pour les enfants dès le plus jeune âge.

Tout être humain est sensible à ce brouhaha interne. Le bébé dans le ventre de sa mère ressent toutes ses émotions, que ce soit le calme ou la tempête. Une mère agitée transmet inconsciemment sa tension quand une mère apaisée diffuse tout aussi inconsciemment un sentiment de calme et de paix à son enfant.

Les enfants ressentent intuitivement la méditation de leurs parents et en bénéficient. Leur compréhension de ce phénomène ne passe pas par la formalisation intellectuelle mais se fait naturellement.

maman enceinte méditation

 

Un enfant est réceptif à tout âge. Lors de l’allaitement, il entre dans une connexion intime avec sa mère qui va propager son calme si elle maîtrise la méditation. Plus tard, alors qu’il se tient assis à côté d’elle, la méditation de sa mère infusera directement en lui. Leurs respirations vont s’harmoniser consolidant ainsi leur connexion. Le bébé grandit tranquillement et sera immanquablement plus tranquille qu’un bébé n’ayant pas connu cet état méditatif. Alors qu’il marche à quatre pattes, l’enfant viendra naturellement près de sa mère pendant sa méditation et pourra s’endormir en se lovant près d’elle, pour prolonger ce sentiment d’apaisement.

Dès l’âge de quatre ou cinq ans, un enfant peut interpréter intellectuellement le concept de la méditation. Lors de ses séances, sa mère peut lui inculquer les premières notions du processus de la méditation en l’invitant à s’asseoir près d’elle en silence, à fermer les yeux et à respirer lentement. L’enfant peut s’endormir, il aura néanmoins tiré des enseignements positifs de cette séance. Progressivement, l’enfant intègre la méditation comme une évidence dans sa progression vers l’âge adulte. Au fil du temps, il sera capable de comprendre le processus et d’en apprendre les techniques pour méditer plus consciemment.

Je pratique la méditation avec mes enfants depuis leur plus tendre enfance. Nous la pratiquons aussi bien sous la forme classique, assis, que sous une forme plus dynamique avec des exercices. Parfois, le soir dans leur lit, lorsqu’ils sentent « qu’ils vont avoir du mal à dormir » (selon leur termes), ils me demandent que l’on pratique une suite de respirations profondes, et à tous les coups, moins de dix minutes plus tard, ils dorment paisiblement.

La méditation à l’école

Notre système scolaire fonctionne sur des bases jamais réactualisées depuis 1884 et les lois Jules Ferry. Il est peut-être temps de se demander si l’ensemble de ces méthodes sont encore applicables dans notre monde actuel. Si le but de l’école est de donner aux enfants les outils pour construire leur avenir, alors peut-être la méditation devrait-elle y être dorénavant enseignée.

Les enfants n’ont pas la capacité des adultes à s’extraire de l’instant présent. C’est pour cela qu’ils sont plus vite démunis face à un obstacle. Étant extrêmement sensibles à leur environnement et aux émotions des adultes qui les entourent, il est fondamental qu’ils apprennent à gérer le présent si cet écosystème est perturbé par le stress. L’enseignement de la pleine conscience est un outil bénéfique pour gérer leurs émotions. Dans notre monde en perpétuel mouvement, il me semble crucial de leur apprendre à s’imposer des intermèdes afin de prendre du recul. Les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain et il est essentiel qu’ils disposent de bases solides pour pouvoir bâtir leur avenir.

C’est à l’école que les enfants passent le plus de temps, davantage qu’à la maison. C’est là qu’ils sont le plus réceptifs pour intégrer de nouveaux enseignements. L’école dans le futur serait un endroit idéal pour l’application des pratiques de la pleine conscience.

Les bénéfices concrets de la médiation à l’école

D’ailleurs, le recours à la médiation en milieu scolaire commence à être analysé. La thérapeute néerlandaise Eline Snel est à l’origine de la méthode « L’attention, ça marche ! » qui a fait l’objet d’une première étude scientifique concluante en France sur 250 élèves environ. En janvier 2015, le Laboratoire de Psychologie, Santé et Qualité de Vie de l’université de Bordeaux a testé une dizaine de classes de France et de Belgique. Il a évalué ses effets sur la réussite scolaire et le bien-être des enfants à l’école.

enfant méditation

Dans notre société en perpétuel mouvement, le bien-être et la méditation prennent de plus en plus de place. Dans le futur, la pratique de la méditation ne sera plus réservée qu’à certaines écoles. La France va certainement s’inspirer de ce genre de démarche et considèrera la méditation comme un outil pédagogique à part entière.  Celle-ci agit concrètement sur divers points et améliore incontestablement la vie de l’enfant ainsi que celle de son entourage. Ces bénéfices concernent :

  • Le pouvoir de concentration qui se voit optimisé ;
  • La gestion des émotions bien mieux maîtrisée ;
  • Un frein notable sur l’anxiété et le stress ;
  • L’amélioration des relations sociales ;
  • Une meilleure aisance en milieu scolaire ;
  • La réduction des comportements agressifs ;
  • L’éveil de l’attention aux autres qui va développer la bienveillance entre élèves ;
  • Des résultats scolaires améliorés.

Des résultats probants

Une enfant qui apprend la méditation et la pleine conscience ouvre son cœur aux sentiments pacifiques. Il bénéficiera de cet enseignement spirituel tout au long de sa vie. Chaque parcours est unique et les besoins de chacun sont différents. En identifiant les particularités des uns et des autres, on détermine alors laquelle des techniques aura le plus d’influence sur chacun et aboutira. Le choix du domaine de méditation est aussi motivé par l’état d’esprit à un instant donné et par l’objectif qui est fixé. La finalité de la méditation est de calmer le mental en centrant son corps. La corrélation entre le corps et le mental permet d’être plus attentif à soi comme aux autres et ouvre l’esprit à l’amour et la compassion.

Pour prendre l’exemple d’un enfant ou d’un adolescent hyperactif qui supporte mal de rester assis sans bouger, il existe des méthodes éprouvées pour canaliser son énergie. Des exercices en mouvement vont calmer son agitation jusqu’à ce qu’il soit capable de passer au stade assis pour la méditation.

En effectuant un examen introspectif, l’enfant apprend à mieux se connaître.

Et pourquoi pas ?

L’enseignement de la méditation à l’école pourrait déboucher sur un exercice de méditation le soir à la maison pour tirer le bilan positif de la journée et trouver l’apaisement.

En guise de devoir du soir à la maison, l’enfant pourrait s’essayer aux premières approches de la méditation en répertoriant trois événements positifs de sa journée, en position allongée et les yeux fermés.

Ce sera aussi le moment de partager avec les membres de sa famille les bienfaits de la méditation ou même de les initier s’ils ne connaissent pas encore cet exercice.

En attendant que la méditation fasse partie intégrante de notre vie, à la maison comme à l’école, je vous invite à découvrir et profiter de ces bienfaits. Pratiquez avec vos enfants, en couple, en famille, seule et prenez le maximum de plaisir.

Les gens qui ont lu cet article ont aussi regarder l’interview : Quels sont les bienfaits du théâtre pour les enfants ?

Patricia

 

 

2 comments
2 likes
Article précédent : Comment passer au travers de tous les tracas durant la journée avec un enfant agité ? 1/4Article suivant : Tout savoir sur les cours de théâtre pour enfants !

Articles similaires

Commentaires

  • TULIA

    octobre 28, 2018 at 21 h 59 min
    Répondre

    La méditation devrait être enseignée dès la maternelle, merci pour cet article

    • Patricia Marie-Angelique
      to TULIA

      novembre 10, 2018 at 11 h 14 min
      Répondre

      Merci Tulia pour votre retour. La méditation arrive dans certaines écoles et ses bienfaits sont réels. J'espère qu'elle va effectivement se développer. Pour cela il faut continuer à en parler, merci à vous.

Laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?
Patricia

Bienvenue sur ce Blog .
Je suis l’heureuse maman de 2 enfants qui me font grandir et évoluer chaque jour. Sur ce blog, je partage mes découvertes et mes expériences à travers les familles et couples que j’accompagne. La Parentalité Bienveillante ainsi que la Communication Non Violente ont changé le quotidien de nombreuses familles et j’espère qu’elles changeront aussi le vôtre.
Patricia.
En savoir plus

Et retrouvez moi sur ma chaine You-tube

Derniers articles
Derniers commentaires
Articles les plus likés