Le stress, est-il bon ou pas pour vous, votre couple et votre famille ?

Le stress : le comprendre pour bien le vivre

Avant même de connaître les facteurs de stress ou comment le vaincre, il y a une question à se poser : qu’est-ce que le stress ? Il est souvent mal interprété ou pris pour de l’angoisse ou du surmenage. Le surmenage est une surcharge de travail, surcharge physique ou mentale. L’angoisse est un état émotionnel lié à un trop-plein d’émotions et de sentiments non exprimés. Le stress est une réaction physiologique. Le corps produit des hormones comme l’adrénaline et le cortisol pour lutter contre une pression morale ou physique ou face à une situation d’urgence. Le stress est quelque chose de naturel, qui peut être maîtrisé et utilisé à bon escient. Mais comment ? Le stress est-il bon ou pas pour vous, votre couple et votre famille ?

Du bon et du moins bon

Déjà, il faut différencier le bon du moins bon stress. Comme expliqué, il est une réaction à une situation inhabituelle, qui sort de notre ordinaire, qui demande d’être concentré.

Quand il s’agit de stress positif, c’est comme un moteur. Nous sommes dans une situation d’urgence ou exceptionnelle qui nécessite de déployer de nombreuses ressources. Pour affronter l’urgence, savoir comment réagir par exemple. Partir en courant si on est en danger. Trouver les solutions face à cette chose qui sort de notre norme. Si on réussit à l’affronter, on se sent soulagé, plutôt content, voire même exalté dans certains cas, comme quand on combat quelque chose ou qu’on réussit quelque chose. Le taux d’hormones produites va disparaître de notre corps au fur et à mesure qu’on est bien, le stress se dissipe alors peu à peu. Après du repos, la situation est revenue à la normale dans notre corps et notre esprit. Parfois, on a besoin d’être sous pression pour parvenir à un meilleur résultat (comme dans le cas d’une compétition sportive par exemple).

Mais le stress peut aussi être négatif. Il a une dimension psychologique et psychique.

Ce stress-là agit de manière négative sur votre mental, car il y a une notion de pression, de quelque chose de dangereux et irréversible. Si vous ratez votre entretien, vous n’aurez cette augmentation qui vous tenait tant à coeur pour pouvoir acheter et offrir un cadeau désiré par vos enfants ou votre compagnon… Il existe beaucoup d’exemples de mauvais stress, qui poussent à faire de mauvaises choses.

Et les réactions physiques ne sont pas toujours bonnes. Car en cas de mauvais stress, vous produisez beaucoup trop d’adrénaline et de cortisol qu’il ne vous en faut en réalité pour affronter la situation. C’est donc plus difficile de l’éliminer. Et comme vous ne pouvez pas complètement réagir à ce qui vous stresse, vous vous sentez dépassé, pas apte à lutter, vous ne réussissez pas. Il n’y a pas l’étape de la satisfaction et du repos, vous ne récupérez donc pas et des symptômes apparaissent car votre stress a été mal digéré, voire pas assimilé. En cas de mauvais stress, on dort mal, on mange moins, on est plus irritable, c’est difficile de se concentrer, on peut avoir des douleurs, ressentir de l’agitation, on retient moins de choses…

Savez-vous que lorsque nous vivons une situation stressante, notre corps met plusieurs heures pour éliminer le cortisol de notre corps. Si nous vivons plusieurs situations stressantes au cours de notre journée, ce taux n’a pas le temps de disparaitre lorsque vous rentrez à la maison le soir. Pour votre santé, à long terme cela est catastrophique et est la cause de nombreuses maladie et il est difficile d’accueillir ses enfants et son partenaire de vie dans de bonnes conditions car vous êtes encore sous l’effet du cortisol et donc déjà sous stress.

Stressés, vous vous oubliez

C’est un fait. Les gens stressés, du moins ceux qui subissent un stress négatif, sont moins attentifs à eux-mêmes. Quand on est stressé, on s’oublie, on s’écoute moins. A tel point qu’on ne voit même plus les signes de stress, qu’on ne se rend presque plus compte qu’on a un problème. Qu’est-ce qui justifie, hors situations exceptionnelles comme un deuil, une séparation, une perte d’emploi, du chômage ou un problème financier, d’être aussi stressé ? Y a-t-il de vraies raisons ? Est-il possible dans ces conditions de profiter pleinement de sa famille, de son couple ? Pour éviter de subir ce stress négatif, il faut découvrir les causes qui le provoquent et tenter de les éliminer.

Le stress négatif, c’est avant tout de la pression mise arbitrairement sur votre mental. Une des première chose à faire est d’éliminer cette pression. Réussir à prendre les choses moins à coeur. À lâcher prise sur ce qui n’est pas urgent ou réellement important. Voyez ce qui vous angoisse et vous fait peur et protégez-vous de ce cercle. Accordez cette attention-là, dans quelque chose qui a vraiment un sens à vos yeux.

Les 5 questions que vous pouvez vous poser pour faire baisser votre niveau de stress en ôtant la pression inutile est : Ecrivez vos réponses sur papier, cela aide vraiment à y voir plus clair et à relativiser. 

  • Quel est le pire du pire qui puisse m’arriver ? (dans cette situation précise) 
  • Comment puis-je me protéger ?
  • Est-ce vraiment si important ?
  • Comment puis-je relativiser ?
  • Comment puis-je faire autrement ? quel pourrait-être mon plan B ?

 

Photo plan B

Et si le plan B, pouvait être de vous accorder plus de temps, plus d’amour, de compassion et d’indulgence. 🙂 

C’est prouvé, quand quelque chose ne fonctionne pas, l’homme persiste naturellement, pour arriver à ses fins. Et pourquoi ne pas oublier ce principe et en intégrer un autre comme : si cela ne fonctionne pas, faites autrement ou faites complètement autre chose. Cela paraît simple dit comme ça. Vous verrez, dès que vous aurez mis en pratique de nouvelles habitudes, vous allez sans aucun doute avoir un nouveau résultat.

Si vous vous sentez dépassé, épuisé dans votre vie professionnel ou à la maison, il y a de fortes chances pour que vous soyez confronté à un mauvais stress, dont vous ne pouvez pas vous débarrasser facilement. Demandez de l’aide et faites vous accompagnez pour tenter autre chose. Pour changer votre stress négatif en quelque chose de positif ou même l’amenuiser. 

Des facteurs de stress à identifier et évacuer

Tous les facteurs de stress ne dépendent pas de vous (surcharge de travail, problème familial, demande de résultat, peur du chômage et de ne pas s’en sortir par exemple). Mais ils font écho à des injonctions que nous nous imposons tous et que nous avons appris dans notre propre enfance.

Ces facteurs de stress sont dûs à notre culture, nos envies, notre éducation par exemple. Nous les avons intégrés et nous les reformulons pour nous-mêmes ou les autres autour de nous. C’est une petite voix intérieure qui nous dit de temps en temps : Sois parfait ; dépêche ; fais un effort ; fais plaisir ; sois fort. Vous pouvez repérer ces injonctions, cette petite voix, et les rendre positives. Cette petite voix est également appelée message contraignant. Comme son nom l’indique, c’est très contraignant pour vivre pleinement sa vie et réussir à gérer toutes les situations du quotidien avec nos enfants, notre famille, en couple. C’est pour cela qu’il est important de les identifier et de réussir à les transformer. Si ces messages sont trop présents dans nos vie, nous les transmettons à nos enfants tout comme nos parents nous les ont transmis dans leur manière d’agir et de penser. 

Si vous vous sentez stressés, fatigués, que vous avez l’impression de ne pas sortir la tête de l’eau. Vous vous énervez rapidement auprès de vos enfants et de votre conjoint(e). Si vous vous reconnaissez dans un ou plusieurs messages contraignants ci-dessous. Prenez contact avec moi et nous avancerons ensemble pour que vous puissiez retrouver un bel équilibre et vivre de belles relations avec vos enfants et votre conjoint(e).

  • La petite voix : Sois parfait

Cette petite voix, n’est plus dans la quête de faire très bien mais dans la perfection à outrance. On n’est donc jamais satisfait de ce que l’on dit ou que l’on produit, on est dur envers nous-mêmes, on accepte mal l’échec ou simplement les choses qui ne seraient pas parfaites. L’erreur est accepté très difficilement.

Que faire ? Appliquer le dicton “Errare humanum est” est un bon début… L’être humain est par définition imparfait. Vous avez droit de faire des erreurs et de vous relâcher de temps en temps. Prenez plus de temps à savourer ce que vous avez déjà fait, et prêter moins d’attention à ce qui ne l’est pas. Et approuvez aussi ce qui est imparfait car au moins, vous avez produit quelque chose.

  • La petite voix : Sois fort

Quand on a ce type d’injonction mentale, on ne s’écoute pas, on n’est pas attentif à ce que l’on ressent, il faut simplement tenir le cap et endurer. Surtout ne pas se laisser aller à craquer. Bien sûr, il s’agit de facteurs de stress parfois inconscients. Mais dépasser sans cesse ses propres limites peut vite mener à d’autres extrêmes, comme une surcharge mentale ou de travail.

Que faire ? Se rappeler que vous êtes fait de chair, de sang… et de sentiments, de besoins, de choses à écouter et à exprimer. Tout le monde a sa part de “faiblesse” et se voiler la face aggrave le problème. S’écouter de temps en temps, ce n’est pas être complètement vulnérable au monde. Si vous êtes fatigués, prenez du repos et écoutez-vous. Vous êtes un être remplit d’émotion et vous avez également besoin de cette pause.

  • La petite voix : fait un effort

Traduction : il faut tout donner pour avoir ce qu’on veut. On n’a rien sans rien en somme. Et on ne croit pas à la facilité, si on veut quelque chose, il faut travailler beaucoup, en s’entêtant. On ne prend rien par-dessus la jambe. Et si celui d’à-côté obtient ce qu’il veut sans faire d’efforts, il y a un fort sentiment d’injustice qui se fait sentir. On n’est pas des fainéants tout de même !

Que faire ? Se rappeler que parfois, la vie peut être facilement vécue, que tout ne passe pas par un travail acharné. Si on croit en soi, en ses capacités, en son savoir, on peut réussir. Le résultat seul est important, pas uniquement la manière dont on y parvient. Prenez le temps de respirer davantage.

  • La petite voix : fait plaisir

Cette petite voix nous pousse à faire plaisir aux autres pour ne pas être exclue ou délaissée. On fait donc passer le plaisir, les désirs des autres (amis, proches, famille) avant les siens, quitte à s’oublier. On dit oui à tout, même si c’est à notre détriment. Souvent, on a peur de faire la mauvaise chose au mauvais moment, d’où un besoin d’être constamment rassurée, épaulée. On demande souvent l’avis des autres avant de faire quelque chose, pour être sûr de ne décevoir personne. Avec le temps, on s’écoute peu ou pas.

Que faire ? Il faut être conscient que vous ne pourrez jamais faire plaisir à tout le monde, sans jamais vous faire plaisir à vous. Laissez autant qu’il est possible pour vous, ce que veulent les autres un moment, pour vous demander quelles sont vos émotions, vos envies, vos valeurs et voir si, à cet instant précis, vous vivez en les respectant. Les autres ne seront pas plus présents pour vous ou plus dans le respect si vous leur donnez tout ce qu’ils veulent. Votre besoin de respect de vous doit être plus fort que le besoin d’être aimé. Vous avez le droit de ne pas toujours dire oui, alors servez-vous en !

  • Presse-toi !

Cette petite voix, vous ordonne de vous dépêcher, de ne jamais être en retard. Toujours dans l’impatience, la course effrénée. Ce facteur de stress pousse à avoir peur d’être en retard, quitte à faire les choses un peu n’importe comment pour boucler à temps. C’est en se dépêchant trop qu’on fait des erreurs qui auraient pu être évitée. On ne prend pas son temps car celui-ci est trop précieux.

Que faire ? Les choses ne peuvent pas toujours être vécues dans l’urgence, dans la précipitation. On peut alors penser à une autre organisation, des plannings à respecter pour ne jamais être dans l’urgence, garder une montre ou un téléphone portable qui indique l’heure à proximité. Éventuellement, prévoir une marge de temps pour être sûr de ne pas être en panique. Redonnez du temps au temps, pour faire les choses bien, dans le calme, avec sérénité.

Prenez le temps d’analyser quelles sont les petites voix qui vous parasites le plus, pour profitez pleinement de vos enfants, votre famille, votre couple et de vous. 🙂 

Patricia

Les personnes qui ont lu cet article ont lu également : Pourquoi est-il important de guérir son enfance ?!

0 comments
0 likes
Article précédent : Un enfant sage, ça veut dire quoi ?!Article suivant : Adolescence : Flexibilité ou autorité !!

Articles similaires

Laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?
Patricia

Bienvenue sur ce Blog .
Je suis l’heureuse maman de 2 enfants qui me font grandir et évoluer chaque jour. Sur ce blog, je partage mes découvertes et mes expériences à travers les familles et couples que j’accompagne. La Parentalité Bienveillante ainsi que la Communication Non Violente ont changé le quotidien de nombreuses familles et j’espère qu’elles changeront aussi le vôtre.
Patricia.
En savoir plus

Et retrouvez moi sur ma chaine You-tube

Derniers articles
Derniers commentaires
Articles les plus likés