Lien entre sentiments et comportements de nos enfants !

Les sentiments impliquent pour les tous petits un énorme travail qui consiste par exemple à les reconnaitre, les nommer, les exprimer de façon adéquate, les canaliser, les gérer, etc. Il en résulte que ces sentiments influent sur leurs comportements ce qui implique un minimum d’apprentissage liés à leurs émotions.

En gérant bien leurs ressentis, les enfants feront moins de crises, raison pour laquelle ils doivent travailler leurs émotions avec l’appui des parents et ce, afin que chacun jouisse d’une vie de famille plus agréable.  Je vous livre les approches à adopter pour gérer les sentiments et les comportements de vos enfants.

Avez-vous déjà entendu :

Quand les enfants se sentent bien, ils se comportent bien !

Y a-t-il un lien direct entre les sentiments de nos enfants et leurs comportements ?

  • Une émotion c’est quoi ?

Les émotions ne sont autres que des messages envoyés par le cerveau pour nous dire si la situation dans laquelle nous sommes nous convient ou non. Elles sont souvent de nature soudaine bien qu’elles peuvent tout aussi bien être durables que non durables. Lorsqu’une émotion s’inscrit dans la durée, elle devient un sentiment. S’il est agréable tout se passe bien, s’il est désagréable, avec le temps cela peut devenir difficile. Par une augmentation du stress, une baisse d’estime de soi, des colères à répétition et bien d’autres choses encore. Si une situation nous procure un malaise, nous adopterons un comportement donné pour appréhender cette situation et le phénomène est le même chez nos enfants.

Avant tout, il est préférable de ne pas empêcher un enfant d’éprouver des émotions. Le mieux est plutôt de lui fournir les bons moyens pour les exprimer.

En effet, lorsqu’un enfant a le contrôle de ses émotions, il peut mieux réagir aux circonstances. Une bonne gestion des émotions permettra alors le maintien de bonnes relations avec les autres et une meilleure gestion des conflits.

  • Reconnaissez-le entièrement

Les enfants expérimentent leurs émotions dès leur plus jeune âge. Souvent, celles-ci sont minimisées, mises de côté et parfois même ridiculisées par l’entourage.

Bien souvent, nous n’avons pas appris dans notre enfance à exprimer nos propres émotions, ce qui rend difficile d’accueillir naturellement les émotions et les sentiments de nos enfants. La plupart d’entre nous a tendance à les négliger en déclarant des paroles comme : « Tu ne te sens pas réellement comme ça » ; « Tu dis ça parce que tu es fatigué » ; « Tu n’as aucune raison d’être si bouleversé » …

Pourtant, ces réponses n’aident en rien les petits, car la négation continuelle de leurs sentiments ne les mettra que plus en colère et ne provoquera rien de plus que de la confusion. Ils prendront la réaction de leurs parents comme un stratagème pour les interdire de ressentir et de faire confiance à leurs émotions.

Tout ceci pour dire que c’est seulement en reconnaissant la souffrance intérieure des petits qu’ils pourront mieux se sentir. Ils ont besoin d’être écoutés et de faire connaitre aux autres ce qui les contrarie pour pouvoir passer à autre chose.

Pour apprendre à vous connecter ou vous reconnecter. Exprimer et reconnaitre vos émotions pour apprendre et accompagner vos enfants à exprimer leurs propres émotions. Cliquez ici 

  • Écoutez le attentivement 

Ecouter nos enfants de manière attentive est très bénéfique à condition de pratiquer une écoute dénuée de tout jugement.

Souvent les préoccupations qui perturbent notre enfant, nous paraissent ridicules ou anodines. Elles prennent pourtant des dimensions colossales aux yeux de notre enfant au point de le perturber.

Les réponses que nous apportons et qui nient sa réalité sont dès lors à proscrire, car elles lui donnent l’impression que sa version de la réalité ne présente pas d’importance, voire que cette réalité n’existe pas. Il en résulte ensuite une incapacité pour lui à se fier à ses propres impressions.

Dans cette écoute, il faudra lui accorder  le moment qu’il faut pour lui permettre de parler sans interruption. En écoutant sans commentaire, nous laissons nos propres pensées, nos opinions, nos jugements, nos conseils, nos solutions, nos expériences ou encore nos réconforts en dehors du processus de communication.

A titre d’illustration, si votre enfant vient vous parler alors que vous êtes occupés à faire autre chose. Soit vous lui accordés votre attention et le temps pour qu’il vous explique le problème. Appréhendez son malaise, accueillez ses émotions, son ressenti, sa tristesse , sa colère. Tout ce qu’il veut bien vous partager. Et s’il le désire, proposer vos suggestions.

Soit vous sentez que vous n’êtes pas disponible que et ce n’est vraiment pas le bon moment. Dans ce cas vous ne l’écouterez pas réellement.

Dites le lui, sinon votre écoute ne sera pas de qualité.  Votre enfant peut le ressentir comme un manque d’intérêt pour lui.

Le regard fait partie intégrante de l’écoute. Lorsque vous écoutez votre enfant, regardez-le. Toute votre attention sera alors portée sur lui.

 

  • Accueillez ses sentiments

Accueillir les sentiments de l’enfant constitue la meilleure chose à faire pour lui venir en aide et répondre à son appel de détresse. De cette manière, il comprendra qu’il a le droit de les exprimer, et qu’il s’agit d’une réaction à la fois naturelle et normale.

A travers ses émotions, l’enfant dit quelque chose. Il s’exprime. Il y a donc un message à entendre et à comprendre. C’est ainsi que les parents doivent d’accueillir les émotions de leurs enfants et le message qui les accompagne.

Ainsi, évitez de leur infliger des questions inquisitrices en cas de problème. Presser l’enfant de questions telles que « que s’est-il passé ? » ou encore « pourquoi te sens-tu comme ça ? », ne fera que le faire plonger dans l’enfermement.

Un enfant contrarié, comme chaque adulte a juste besoin qu’on reconnaisse ses sentiments dans les moments de détresse.

Il faut reconnaitre que la tâche est loin d’être facile lorsque notre enfant nous lance à la figure des phrases comme « Tu es méchante » ou encore « Je te déteste ».

C’est une situation qui revient très souvent dans mes accompagnements en parentalité.

Si « Je te déteste » vous contrarie, vous pouvez le dire à l’enfant : « Je n’aime pas ce que je viens d’entendre. Si une chose te fâche, dis-le-moi. Alors, je pourrais peut-être t’aider. »

Un autre exemple, si votre fille pense qu’elle s’est faite voler ses crayons de couleur et que de votre côté, vous savez pertinemment qu’elle oublie toujours de ranger ses affaires et qu’elle finit par les perdre, ne le lui dites pas ça.

Prenez le temps de l’écouter, d’appréhender son problème par un simple hochement de tête ou un « je vois ». Une fois écoutée, elle se débarrassera de son malaise et pourra trouver elle-même une solution ou à défaut, elle sera prête à entendre la vôtre.

 

petite fille triste

 

  • Nommez son sentiment

En tant que parent, nous avons tendance à nier les sentiments négatifs des petits. Nous espérons que de cette manière, nos enfants auront moins mal. Au contraire, ils plongent plus profondément dans l’abysse de leurs émotions. Pourtant cela part d’un bon sentiment de notre part. A long terme cela fragilise l’estime de soi de nos enfants.

Au contraire, il faut penser à préserver leur santé émotionnelle en tenant compte de leurs ressentis et leurs points de vue. Il est très important d’être conscient de la nécessité pour eux d’exprimer leurs sentiments quelle que soit la manière dont ils le font.

Attention de ne pas répondre à l’expression de leurs sentiments par la contrariété, la critique, le manque de contrôle ou encore les menaces. La souffrance que nous procure la tristesse de notre enfant, la fatigue, le stress, le surmenage nous poussent parfois à agir ainsi.

Notre attitude envers les enfants doit au contraire partir de l’affection, de l’écoute et de l’empathie en les aidant à identifier ce qu’ils ressentent, les causes de leur contrariété et la manière avec laquelle ils pourront se libérer de leur négativité.

Prenons encore une fois un exemple : si la tortue de votre fille est morte récemment et qu’elle essaie de vous en parler, écoutez-la, ressentez sa peine et partagez sa douleur.  Ne lui dite surtout pas que vous allez lui en acheter une autre, car ce n’est pas de ne plus avoir une tortue qui contrarie votre fille, c’est plutôt d’avoir perdu celle à laquelle elle tenait.

Vous pouvez lui dire, que « cela fait de la peine de perdre une amie » « qu’elle aimait vraiment cette tortue ».

  • Utilisez l’imaginaire

Pour finir, on admettra sans mal que le monde réel est parfois très dur pour nos enfants. Les histoires imaginaires sont de loin plus faciles à accepter que la réalité.

En utilisant l’imaginaire, les parents pourront alors mieux maitriser le comportement de leurs enfants et ainsi tout ce qui peut les contrarier.

Un exemple, s’il n’y a plus les céréales préférées de votre enfant à la maison, ne lui dites pas directement qu’il n’y en a plus. Les enfants ne comprennent pas ces choses-là et ils vous feront la tête.

Dites-lui plutôt avec humour que si vous aviez des pouvoirs magiques, vous en feriez apparaitre juste pour eux, mais que pour l’instant, vous n’avez aucun pouvoir donc il lui faudra attendre.

Il s’agit là d’une astuce qui peut sembler enfantine, mais qui justement apporte beaucoup d’efficacité dans la gestion des sentiments et des comportements de nos enfants.

Nourrissez le jeu, votre enfant vous imitera. Cela se termine souvent par des sourires et des rires, car chacun dit ce qu’il ferait avec ses pouvoirs magiques.

Et si je vous prêtais ma baguette magique, par quoi commenceriez-vous ?

Patricia 

Les personnes qui ont lu cet articles ont également lu : “Les 10 phrases qui tuent !”

0 comments
0 likes
Article précédent : Quel est l’impact de nos habitudes sur le cerveau de notre enfant ?Article suivant : Yannick ALAIN : Son parcours et des clés pour les parents et les ados !

Articles similaires

Laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?
Patricia

Bienvenue sur ce Blog .
Je suis l’heureuse maman de 2 enfants qui me font grandir et évoluer chaque jour. Sur ce blog, je partage mes découvertes et mes expériences à travers les familles et couples que j’accompagne. La Parentalité Bienveillante ainsi que la Communication Non Violente ont changé le quotidien de nombreuses familles et j’espère qu’elles changeront aussi le vôtre.
Patricia.
En savoir plus

Et retrouvez moi sur ma chaine You-tube

Derniers articles
Derniers commentaires
Articles les plus likés