Comment faire face aux crises de colère de notre enfant ?

Comment faire face aux crises de colère de notre enfant ?

Il y a des périodes ou tout se passe bien avec nos enfants, des moments de calmes, d’accalmie. On n’aimerait que ces périodes durent toujours et ne s’arrêtent jamais. 🙂  Et puis sans savoir pourquoi, notre enfant a un ou des comportements inhabituels, inappropriés. Il se met à taper violemment ses frères et sœurs, nous même parfois, à faire de grosses crises de colère. 

C’est le cas de Brigitte, maman d’une petite fille de 3 ans et 3 mois. Ses parents sont à son écoute, accueillent ses émotions et rien n’y fait. Leur petite Clara tape violemment son frère aîné et sa maman pendant les moments calmes, pendant la lecture de l’histoire ou pendant le rituel du bain par exemple. Elle fait de grosses crises de colère. 

Un petit exprime son angoisse autrement que par les mots

Nous vivons des moments compliqués et pas uniquement en ce moment avec la pandémie et toutes les conséquences qui en découlent. La vie que nous avons aujourd’hui est stressante et va à 100 à l’heure. Nous avons 1000 choses à faire tout le temps. Plus le temps de nous poser, de prendre soin de nous. Je ne sais pas pour vous, mais il y a des moments ou j’ai l’impression de ne pas voir le bout du tunnel. Il est noir, très long et j’ai hâte de voir le soleil au loin qui m’attends.

Sans nous en rendre compte, nous changeons notre façon de faire et de nous comporter avec nos enfants.

Je me souviens, il y a quelques années de cela, j’ai eu une charge de travail importante, très anxiogène. Une collègue avec qui je travaillais en étroite collaboration est partie en arrêt longue maladie. Elle n’a pas été remplacée. Je gérais tant bien que mal, son poste et le mien.

Mon chef bien évidement me demandait toujours autant de qualité et de de rigueur dans mon travail. Je me sentais épuisée, tendue, fatiguée, angoissée.

Lorsque je rentrais le soir, j’essayais de faire bonne figure avec mes enfants. De faire comme-ci tout allait bien, mais pas patience atteignait ses limites de plus en plus rapidement. Je m’énervais aussi de plus en plus rapidement. J’ai commencé par ne plus jouer avec mes enfants en rentrant du travail en leur disant que maman était trop fatiguée. J’écourtais le moment du bain au maximum. Le comportement de mes enfants s’est dégradés vitesse grand V.

De moments magiques en famille, nous sommes passés à une véritable période d’opposition, de cris, de colères……

Autrement dit, même si on fait bonne figure, nos petits, qui sont de vraies éponges émotionnelles ne sont pas dupes. Tout du moins, ils absorbent nos angoisses non dites et ne savent pas comment gérer ça. Les changements, le stress,  nous perturbe, nous dérègle alors imaginez ça dans la tête de nos loulous. Ils ne doivent clairement plus rien comprendre, surtout eux qui ont besoin de rythme et de repères pour être rassurés.


Cet article pourrait également vous intéresser : “Comment arrêter de répéter toujours la même chose ! 5 astuces”


Comment comprendre le ressenti d’un enfant qui ne parle pas ?

Reprenons l’exemple de Clara, 2 ans qui a des gestes violents envers ses frères et sœurs ou entre dans des colères inédites avec sa maman. Ses parents se sentaient désarmés face à ce comportement dont ils n’avaient pas l’habitude.

Je vous proposes quelques pistes destinées à vous aider à comprendre et apaiser votre enfant.

Le niveau de langage de l’enfant peut provoquer des crises de colère

Quel est le niveau de langage de votre enfant ? Votre enfant parle t-il déjà ? Arrive-t-il à bien s’exprimer ? A-t-il un retard de langage ?

Un retard de langage peut engendrer des frustrations. Un enfant qui ne peut pas dire ce qu’il ressent avec les mots, l’exprime par les gestes.

A 26 mois, un enfant doit pouvoir dire de petites phrases de 2/3 mots consécutifs. Si ce n’est pas le cas il est important de creuser pour lui éviter d’avantages de frustrations.

Je vous partage la vidéo You Tube que j’ai fait à ce sujet au sujet de mon fils qui avait un retard de langage avancé.

MON ENFANT A 3 ANS ET NE PARLE TOUJOURS PAS !

L’effet miroir pour lui dire que vous l’avez entendu

Vous pouvez par exemple lui dire que vous voyez qu’il est en colère ou bien que quelque chose ne va pas. Il va déjà prendre conscience que vous êtes réceptives à son angoisse ou sa frustration. L’idée est d’exprimer avec vos mots, ses ressentis. Cette approche est un excellent moyen de reconnecter votre enfant avec vous et de lui faire voir que vous avez conscience qu’il a un problème.

Vous pouvez lui dire : ” Je vois que tu es en colère, ou quelque chose en te convient pas.”

Pour Clara, cela a commencé avec le début du confinement. Son papa qui était en déplacement à l’étranger, ne pouvait plus rentrer en France. Son absence était douloureuse pour Clara.

Être dans l’empathie

Un enfant qui ne parle pas encore ou très peu, va ressentir de la frustration à ne pas pouvoir exprimer ses sentiments avec des mots. Vous pouvez alors essayer de vous mettre à sa place et lui dire, par exemple, que cela doit être difficile ce qu’il traverse. Que vous comprenez que son papa lui manque, pour l’exemple de Clara. Vous pouvez le rassurer en lui disant que vous aussi, il vous manque et que ça vous fait de la peine de ne pas le voir. L’empathie envers votre petit va vous aider à identifier ses peurs et peut-être ses angoisses.

Clara appelait son papa en visio mais cela n’était pas suffisant pour elle. Les câlins de son papa lui manquait énormément.

Un soir, un petit désaccord entre Clara et son frère a très vite dégénéré en tentative de morsure.

Sa maman l’a prise dans ses bras et elles se sont écartées toutes les deux. Clara se débattait très en colère et là sa maman a accueilli non pas sa colère mais sa peur. Sa peur de ne plus revoir son papa. Sa maman a formulé l’idée qu’elle pouvait avoir un peu peur en ce moment, que cette situation n’a rien de normal et qu’elle avait le droit de l’exprimer. Ça a été un moment éprouvant pour elle comme pour sa maman. Brigitte avait du mal à la contenir. Elle a dû la maintenir fermement contre elle. Au bout de quelques minutes de cris, de pleure, de rage, Clara a fini par tout relâcher et s’endormir contre sa maman. Depuis elle est transformée. Elle est redevenue sereine, détendue. Le soir elle a dit à sa maman,, « papa me manque, j’en ai marre qu’il ne soit pas là… je t’aime maman »

Parfois la colère cache tout autre chose et même, comme de la peur, de la tristesse. On peut avoir des enfants qui réagissent tout simplement à une situation « anormale » où ils perdent leurs repères.
La colère est souvent le symptôme d’un besoin qui n’est pas comblé et elle l’exprime à sa manière.

Enfant-qui-pleure

Rappeler les règles

Votre enfant se met à taper ou crier sur ses proches, mais il sait très bien que c’est interdit. Vous lui avez toujours expliqué les règles concernant le comportement. Cependant, dans certaines situations, tout est exacerbé et il peut être difficile à un petit de maîtriser ses émotions. Et cela aboutit à des gestes violents ou des colères impressionnantes. À ce moment, il peut parfois suffire à rappeler les règles de la maison, avec une approche ludique et surtout apaisée. En lui disant simplement, tu ne tapes pas maman (ou ta sœur), parce que ce n’est pas gentil, cela fait mal,  et cela nous fait beaucoup de peine. Ce simple rappel, tout en bienveillance, peut parfois être le remède à une situation tendue.

Un changement de comportement et des crises de colère à répétition

Parfois, un enfant qui change de comportement et devient colérique ou difficile, est souvent un enfant à qui on n’a pas expliqué les choses. Ils ont particulièrement besoin d’être rassurés, mais également qu’on leur dise, avec des mots simples, que la situation est compliquée pour tout le monde. Il est nécessaire qu’il se sente compris et, selon leur niveau de langage et de compréhension. Passez plus de temps pour faire des choses avec lui, plus fréquemment qu’à l’accoutumée. Ainsi, il se rendra moins compte de toute la pression extérieure et surtout, il aura vécu des moments très forts avec vous.

Les parents qui ont lu cet article, ont lu également : “Mon enfant frappe son frère ou sa sœur, comment faire ?”

Prenez soin de vous, de vos enfants et de votre couple.

Partagez vos expériences et vos réussites en commentaires. 🙂

Rejoignez la communauté des parents qui font de leur mieux sur ma chaîne YOU TUBE. Vous y trouverez des astuces, conseils et solutions pour avancer dans votre parentalité bienveillante avec 3 vidéos par semaine.

Pour que je puisse mieux vous connaitre, remplissez bilan personnalisé :), vous pouvez également me contacter ici.

Patricia, votre accompagnante parentale

0 comments
1 like
Article précédent : Comment arrêter de répéter toujours la même chose ! 5 astucesArticle suivant : Mon enfant dit des gros mots ! Astuces pour stopper les gros mots

Articles similaires

Laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?
Patricia

Bienvenue sur ce Blog .
Je suis l’heureuse maman de 2 enfants qui me font grandir et évoluer chaque jour. Sur ce blog, je partage mes découvertes et mes expériences à travers les familles et couples que j’accompagne. La Parentalité Bienveillante ainsi que la Communication Non Violente ont changé le quotidien de nombreuses familles et j’espère qu’elles changeront aussi le vôtre.
Patricia.
En savoir plus

Et retrouvez moi sur ma chaine You-tube

Derniers articles
Derniers commentaires
Articles les plus likés